précédent

FILMOGRAPHIE

 

 

La première apparition connue de Polin sur un écran remonte à 1900, grâce au «Phono-Cinéma-Théâtre» que le public découvre lors de l'Exposition.

Ensuite, on trouve la trace de quelques chansons filmées en 1905 :film Polin

 

Dans les années 1910, Polin tourne dans une douzaine de films, des courts métrages de 15 à 30 minutes, aujourd'hui totalement oubliés :

auxquels on peut ajouter C'est pour les orphelins (1916), grand film de bienfaisance dans lequel Polin fait une apparition.

Vous trouverez quelques informations supplémentaires en cliquant sur les titres (à voir pour le plaisir de lire certains résumés!).

 

On trouve enfin, à l'occasion de ses funérailles, une mention dans le Pathé-Journal du 15 juin 1927.

 

Il existe aussi quelques documentaires récents où Polin apparaît :

 

 

 

© 2003-2012 - JFC

Court métrage de Henri Pouctal.
Sortie en 1911.

Il s'agirait du premier film tourné par Pouctal pour Le Film d'Art. Une copie en a été conservée par le Centre national du cinéma.

Résumé: En 69 après Jésus-Christ, l'empereur romain Vitellius choque son entourage par son goût immodéré pour la nourriture et la paresse. Il ordonne l'assassinat du préfet de Rome puis se fait lui-même trucider par les partisans du général Vespasien.
Court métrage de Henri Pouctal. Scénario d'après une pièce de Louis Bénière.
Sortie le 16 janvier 1914.

Résumé: Papillon est un jeune homme simple, à la fois naïf et malin, qui hérite d'une immense fortune aux détriments d'une famille de notables. Ceux-ci incitent alors leur fille à séduire Papillon pour se faire épouser. Mais celui-ci a déjà une bonne amie, et c'est elle qu'il finira par épouser.

Polin a le rôle de Papillon, que Firmin Gémier avait créé dans la pièce. De cette même pièce sera tiré le film Bach millionnaire, presque vingt ans plus tard, avec Bach dans le rôle de Papillon.
Réalisé par Marcel Simon, adapté du vaudeville de Feydeau.
Sortie en mai 1914.

Polin a le rôle de Duchotel.
Sortie en 1915 (?).
Premier de la série des huit «Franco-Film»;, tournés pendant la guerre. Nous n'avons aucune information relative à celui-ci, si ce n'est qu'il ne durait qu'une douzaine de minutes. Il ne fait aucun doute que le sujet en était d'une actualité brûlante…
Court métrage de Roger Lion (?). Scénario d'après une pièce de Francis Mair.
Sortie le 17 décembre 1915.
Sortie le 31 mars 1916.

Résumé: Polin est un poilu qui, lors de sa première permision, découvre avec fureur qu'un autre a pris sa place auprès de son amie. Elle le persuade que ce monsieur est un vétérinaire qu'elle a fait venir pour soigner leur chien, atteint de neurasthénie aiguë. Polin, bon garçon, la croit… mais il devra suivre à la lettre les prescriptions du médecin des chiens, c'est-à-dire promener l'animal.
Lorsqu'il revient chez son amie et la surprend à nouveau avec le pseudo-vétérinaire, il décide de se venger. Ayant fait la connaissance d'une charmante personne, il renvoie le chien avec un mot dans lequel il engage son ex-amie à garder le vétérinaire parce que, lui, a rencontré une doctoresse qui ne demande pas mieux que de prendre soin de sa santé.
Court métrage de Maurice Poggi. Scénario d'après une pièce de H. Delorme et F. Gally.
Sortie le 5 mai 1916.

Le scénario est adapté d'un vaudeville du même nom, joué en 1900 à la Scala. Bien qu'âgé de plus de cinquante ans, Polin reprend le rôle du jeune conscrit, le tringlot Lamouillette, qu'il avait créé dans la pièce.

Résumé: Le 31 décembre, parce qu'on lui a affirmé que cela lui permettrait d'avoir de la chance toute l'année, une femme se fait embrasser sur le coup de minuit par un soldat, l'amoureux de la domestique. À cette minute même rentre le mari. Explication d'abord orageuse mais dont le dénouement laisse prévoir du bonheur pendant un an au moins aux quatre personnages.
Scénario de Georges Hugot.
Sortie le 16 juin 1916.

Résumé: Polin est un poilu. Il a pour marraine de guerre une vieille fille chez laquelle sa femme est domestique. Sa sympathique marraine comble d'attentions ce brave Polin qui voudrait bien… embrasser sa femme. Et surtout, elle veille sur leur vertu à tous les deux: surprenant sa bonne dans les bras de Polin, elle se fâche.
Tout s'arrange grâce au bambin des deux époux qui lui explique gentiment la situation. Il fait tant et si bien qu'il obtient son pardon et prend, dans le cœur de la vieille demoiselle attendrie, la place que son père a laissée vacante.
«Sketch comique et d'actualité». Scénario de Georges Arnould.
Sortie en août 1916.

Résumé: Polin est un voyageur de commerce qui revient, après plusieurs années d'absence, dans un hôtel qu'il avait l'habitude de fréquenter. Ne trouvant personne au bureau, il monte dans la chambre qu'il occupait à chaque voyage. Mais il ne s'est pas aperçu que l'hôtel est devenu un hôpital auxiliaire! aussi lui arrive-t-il toutes sortes de tribulations. Se révoltant contre les prescriptions d'un médecin-major dont il n'a que faire, il est pris pour un fou et conduit à la douche.
«Fantaisie amusante et originale». Scénario de Maxime Blum.
Sortie le 20 octobre 1916.

Résumé: Polin entre en possession d'un anneau qui rend invisible à volonté, ce qui est bien le plus cruel cadeau qu'il soit possible de faire à un mari paisible et heureux en ménage. Aussi Polin, effrayé dès le début de son expérience des tortures morales que lui réserve sa destinée, envoyant au diable ses idées de suicide, ne voit qu'un seul coupable: l'anneau. Il le jette violemment dans les flots et retourne au logis reprendre sa place entre sa femme et son ami fidèle.

Même si certains y voient un excellent film, d'autres sont plus réservés: «Pauvre Polin, qu'êtes-vous venu faire en cette histoire où vous êtes ridiculisé? […] Et le spectacle se corse de l'exhibition d'impudiques cocottes qui se déshabillent au tout premier plan. C'est sale! Pouah.»
Court métrage de Maurice Poggi. Scénario de Georges Hugot.
Sortie le 12 janvier 1917.

Résumé: Polin aime sa pipe et ses amis, mais ses deux nièces viennent tout bouleverser dans son paisible et confortable logis. Aussi notre brave oncle, à force de perdre patience, lâche des souris dans la maison. Les jeunes femmes affolées vont rejoindre leurs pénates et Polin retrouve sa bonne pipe et ses précieux partenaires au whist.