précédent suivant

POLIN ET L'OPÉRETTE

 

 

Cette page recense l'ensemble des opérettes dans lesquelles figure Polin, à l'exception de celles en un acte (en particulier toutes celles de ses débuts à l’ Éden-Concert).

 

1892: La Bonne de chez Duval

Vaudeville-opérette en trois actes de Hippolyte Raymond et Antony Mars, musique de Gaston Serpette
Première le 6 octobre 1892 au Théâtre des Nouveautés
Quelques belles photos de scène provenant des archives de la Direction de l'Architecture et du Patrimoine

Ce sont les premiers pas de Polin sur la scène d'un théâtre. Il a un rôle secondaire, celui de Friquet, le plongeur du restaurant Duval, amoureux de la bonne. La pièce est loin d'être un chef-d'œuvre, et n'est jouée qu'un mois, mais allait être aussitôt suivie par le grand succès théâtral de l'année: Champignol malgré lui.

 

1901 à 1903: Durant la saison d'hiver, Polin est engagé au théâtre de Monte-Carlo pour jouer dans les reprises de plusieurs opérettes célèbres.

 

1907: Son Petit Frère

Opérette en deux actes de André Barde, musique de Charles Cuvillier
Première le 10 avril 1907 au Théâtre des Capucines

Dans cette parodie de théâtre antique «qui n'a pas été écrite pour les pensionnats de jeunes filles», Polin, vêtu d'une tunique grecque, tient le rôle d'Eucratès, un philosophe au cynisme séduisant.
L'opérette sera reprise avec un égal succès dix ans plus tard, au théâtre Edouard-VII, et Polin y retrouvera le rôle qu'il avait créé.

 

1908: Cinq minutes d’amour

Fantaisie-opérette de Charles Esquier, musique d'Henri Christiné
Première le 29 février 1908 à la Scala

Dans cette «fantaisie-opérette» qui tient aussi du vaudeville et de la revue, Polin s'est fait remarqué sous l'apparence d'un certain Amadis de la Gaule (sic!), gentleman élégant (moustache blonde, gilet de velours grenat, cravate verte).

 

1909: Le lieutenant Cupidon

Opérette en trois actes de Celval et Charley, musique de Mauprey
Première le 19 novembre 1909 aux Variétés-Casino de Marseille

Polin y a le premier rôle, celui de Pygmalion, ordonnance du lieutenant Stani de Fine-Mouillette. Il reprendra son rôle en 1912 dans divers théâtres de quartier parisiens, aux côtés de Musidora.

 

1911: Pâris ou le bon juge

Opérette en deux actes de Robert de Flers et G.A. de Caillavet, musique de Claude Terrasse, créée en 1906
Première le 6 avril 1911 à la Scala

Polin y incarne le beau Pâris aux prises avec les trois déesses, «avec sa bonhomie souriante, sa finesse, sa rondeur, son adresse à dire les couplets».

 

1911: L'amour libre

Opérette «aristophanesque» en quatre actes d'Edouard Adenis, musique de Rodolphe Berger
Première le 17 octobre 1911 au Moulin Rouge

Au cours d'une révolution, les femmes d'Athènes décident de proclamer la liberté de l'amour. Polin, à nouveau vêtu de la tunique antique, joue le rôle de Blepyros, le mari de la nouvelle présidente. On imagine aisément comment, chacun profitant de sa nouvelle liberté, le hasard va mettre en présence la présidente et son mari…

 

1912: Le Petit Duc

Opéra-comique en trois actes de Meilhac et Halévy, musique de Charles Lecocq, créé en 1878
Première le 4 décembre 1912 à la Gaité-Lyrique

Dans la reprise de ce célèbre opéra-comique, Polin a le rôle du précepteur Frimousse. À l'occasion de la première, Lecocq, qui en avait composé la musique, disait: «Quant à M. Polin, dont on connaît les remarquables dons comiques, il composera de façon très personnelle un Frimousse naïf et prétentieux et tirera le meilleur parti de sa voix très souple et joliment timbrée.»

 

1913: La Reine s'amuse

Opérette en six tableaux d'André Barde, musique de Charles Cuvillier
Première le 6 février 1913 à l'Olympia

Cette opérette avait auparavant remporté un certain succès à Marseille puis à Lyon. Polin y a le rôle de Michel, le vieux roi de Panoplie. La reine s'ennuie à la cour de Novi-Bazar. Le roi l'envoie alors à Paris en compagnie de son neveu, qu'il fait passer pour un peintre en vogue. Le roi et les ministres les suivent discrètement par le train suivant. À Paris, on sait s'amuser. Tout finira donc dans la bonne humeur générale…

L'opérette, remaniée, connaîtra un nouveau succès sous le nom de La Reine joyeuse en 1918.

 

1916: L'archiduc des Folies-Bergère

Revue-opérette en deux actes de L. Boyer et F. Rouvray, musique de Louis Ganne
Première le 7 octobre 1916 aux Folies-Bergère

Polin y a le rôle de Papouille, le chauffeur du prince de Balatavie qui est venu à Paris à la recherche de la femme idéale. Après différentes intrigues et quiproquos, Papouille finira par être nommé archiduc des Folies-Bergère.

 

1919: La folle escapade

Opérette de Régis Gignoux et Maurice de Marsan, musique d'Octave Crémieux
Première le 15 février 1919 au Théâtre des Variétés

Polin y est Nestor, un parisien qui s'improvise capitaine au long cours sur le yacht d'un jeune américain. Malgré une histoire plutôt falote et une mise en scène assez pauvre, l'opérette eut un grand succès et resta trois mois à l'affiche.
Il y a ensuite eu de nombreuses reprises et Polin a été acclamé dans le rôle de Nestor des centaines de fois. En 1923 et 1924, il a repris ce rôle dans pas moins de cinq salles parisiennes.

 

1920: La Belle du Far-West

Opérette en trois actes de Maurice de Marsan, musique de Germaine Raynal
Première le 23 avril 1920 à l’Apollo

Dans cette opérette dont le clou est un «divertissement de nègres californiens», Polin joue le rôle d'un amoureux, Jeffries.

 

1920: Titin

Opérette de Gaston Dumestre et Roger Ferréol, musique de Joseph Szulc
Première le 2 octobre 1920 au théâtre de Ba-Ta-Clan

Polin y a le rôle éponyme, celui d'un bon marseillais devenu roi d'une île imaginaire («Polin est un nouveau riche marseillais des plus cocasses et un souverain-tourlourou des plus charmants. Il porte sa royauté comme jadis il portait son uniforme de troupier.»)

 

 

 

© 2003-2005 - JFC